Voilà ma condition d'être dans ce monde tel que tu peux l'apercevoir. Je suis singulier et je suis la somme de chaque répétition qui mouvemente toute ma personne. Tout ce que je fais sera fait, et tout ce qui sera fait, est fait. Je recommence la vie qu'un autre n'a pas eu mais qu'un autre vivra. Je répète le présent dans un passé qui me fuit en me roulant dans un futur qu'un souffle cadence. Le cycle revient dans mon âme rafraîchir mes pensées comme le bruit d'une boule métallique qui heurte un rayon en Provence. La roue tourne comme un champ de tournesols que le soleil abîme, pendant que mes yeux essaient sans cesse de traverser l'horizon. Et entre chaque effort, je referme mes paupières pour mieux entendre le roulement de la vie hors du ventre d'une femme enceinte.

Je me relève et je marche vers un moment que la lumière inonde en attendant le souvenir que les autres contemplent. J'ai à mon tour vu, la lune se lever alors qu'il était tard dans ton regard. Pourtant je ne suis pas lassé. Je m'agiterai tant que la musique résonnera et que Pachelbel trouvera d'autres instruments pour absorber son canon. Je ne t'apprends rien en te disant que pour avancer, nous devons répéter nos pas et que pour vivre, reproduire le même souffle. J'ai perdu la même année, d'abord mon grand-père, puis ma sœur et quatre ans plus tard, j'ai appris que l'automne s'est éternisé définitivement sur les yeux de ta maman alors que tout autour de nous, des milliers des nouveaux nés ont ouvert les leurs en famille. Qu'est-ce que je pouvais, peux et pourrai faire mon ami. Prendre et reprendre une autre photo du même personnage, du même visage, du même geste pour ne pas étouffer la joie d'avoir été un jour une ondulation.

L'instant est magique mais il doit se renouveler pour mieux resplendir. Alors je coupe le son du miroir pour laisser passer la lumière. J'ai besoin de cette image. Elle va naître dans un vacarme mécanique que seul l'index de ma main peut justifier. Encore une photo, puis une autre et encore une autre.
Tu m'as dit qu'ils comprendraient pourquoi le cycle se répète, alors pourquoi nous sommes ici aujourd'hui ?

Dans ce billet je parle d'un ami qui a perdu un être cher, mais au fond, je me répète.

Répéter : un seul verbe pour conjuguer la vie toute entière.